La chasse aux tickets pour la Coupe du monde est ouverte pour le Brésil et compagnie

Lucas Paquetá et Neymar exécutent une petite danse après leur but contre l'Uruguay.
Le Brésil fait partie des pays qui peuvent assurer leur qualification pour la Coupe du monde au Qatar cette semaine.

Dans un an, la Coupe du monde débarque au Qatar. Et pour la première fois dans l’histoire, le deuxième plus grand événement sportif au monde n’aura pas lieu en été, mais à la fin de l’automne. L’Allemagne et le Danemark ont déjà leur qualification en poche et des pays comme l’Argentine, le Brésil, l’Iran et la Belgique peuvent quasiment réserver leurs billets pour la péninsule située sur le golfe Persique. Et il s’avère que d’autres nations pourraient les rejoindre dans les prochains jours.

Nos Diables Rouges peuvent assurer leur participation à la Coupe du Monde s’ils gagnent contre l’Estonie samedi ou s’ils prennent deux points contre l’Estonie et le Pays de Galles. Roberto Martínez et son équipe peuvent déjà flairer la Coupe du monde, mais bon nombre d’autres pays de première catégorie ont encore du chemin à faire. Rendez-vous sur Bingoal pour parier sur les éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 et profitez de tous les autres paris sportifs sur le football !

Australie – Arabie Saoudite (jeudi 11 novembre, 10 h 10)

Le Western Sydney Stadium sera le décor pour un match à six points entre l’Australie et l’Arabie Saoudite, le numéro deux et le leader du groupe B de la zone Asie. L’Australie se trouve dos au mur à cause de sa défaite 2 – 1 au Japon le mois dernier et elle n’a pas d’autres choix que d’essayer de déloger l’Arabie Saoudite, tout en tenant compte de ses poursuivants, l’Oman et le Japon, qui ont six points chacun. Dirigés par le Français Hervé Renard, qui a remporté la Coupe d’Afrique des nations avec la Zambie et la Côte d’Ivoire par le passé, les Saoudiens ont jusqu’à présent réalisé un sans-faute. Mais pour l’Arabie Saoudite, dont les joueurs sont tous actifs dans leur pays, il ne sera pas facile de s’imposer à Sydney. En effet, l’Australie, qui rôde à la 34e place au classement de la FIFA, peut se targuer d’avoir un solide bilan à domicile. La dernière défaite à domicile dans des éliminatoires remonte au 5 mars 2009 contre le Koweït (0 – 1) dans le cadre de la Coupe d’Asie 2011.

Grèce – Espagne (jeudi 11 novembre, 20 h 45)

La Grèce est revenue d’Espagne avec un point lors du match aller et cette fois-ci elle devra s’imposer pour conserver des chances de se qualifier pour les barrages. Mais même en cas de victoire, les Grecs doivent espérer que la Roja perde des points lors de leur dernier match contre la Suède

L’équipe grecque compte sur son talisman Anastasios Bakasetas (Trabzonspor), qui a déjà marqué 14 buts en Süper Lig et qui partage la première place dans le classement des meilleurs buteurs avec Stefano Okaka et Andrea Bertolacci. Bakasetas se porte assez bien dans les matchs de qualification et il s’est montré décisif contre l’Espagne et la Suède. Est-ce qu’il continuera sur sa lancée ? À moins que Ferran Torres termine le boulot pour l’Espagne dans le stade olympique d’Athènes ?

Brésil – Colombie (vendredi 12 novembre, 1 h 30)

Le Brésil ne fait pas dans la demi-mesure dans les éliminatoires de la CONMEBOL et a déjà amassé 31 points sur 33 possibles. Si la Seleção bat la Colombie et que l’Uruguay perd contre l’Argentine, le Brésil empochera sa 22e qualification consécutive pour une Coupe du monde. Et le 16 novembre, les Brésiliens pourront complètement ridiculiser leur grand rival argentin, qui les suit avec six points, lors de leur combat à San Juan.

Il y a un mois, le premier match contre la Colombie s’était soldé sur un 0 – 0 à l’Estadio Metropolitano de Barranquilla, ce qui constituait la première perte de points pour le sélectionneur Tite. Mais à domicile, le Brésil devrait pouvoir prendre le dessus sur la Colombie, qui, est toujours en lice pour la quatrième place et a accumulé trois clean sheet d’affilée avec le défenseur de Genk Carlos Cuesta dans le onze de départ.

De toute façon, tous les projecteurs seront braqués sur Neymar. Au PSG, Neymar a mis du temps à se mettre en route cette saison – jusqu’au week-end dernier, le Brésilien n’avait marqué qu’un seul but en dix matches – mais dans les éliminatoires du Mondial, il compte sept réalisations en huit matchs. Avec 70 buts en 115 matchs, Neymar n’est pas loin du légendaire Pelé, qui empilé 77 buts en 14 ans de carrière internationale.

Soudan – Maroc (vendredi 12 novembre, 20 h)

L’Afrique en est au deuxième des trois tours de qualification et sur les quarante équipes qui ont pris le départ, seulement dix seront qualifiées pour la phase à élimination directe cruciale. Sous l’impulsion de Famara Diédhiou (4 buts) et Sadio Mané (3 buts), le Sénégal est déjà qualifié pour le tour final et le Maroc est, lui aussi, est assuré d’une place dans les dix derniers grâce à un 12 sur 12. Les Lions de l’Atlas ont une impressionnante différence de buts de 14 – 1 et ils chercheront sans doute à augmenter leurs statistiques contre le Soudan. Au total, pas moins de neuf joueurs marocains ont déjà inscrit un but. Mais c’est surtout l’attaquant de Hatayspor, Ayoub El Kaabi (4 buts), qui affole les compteurs. Il lui reste les matchs contre le Soudan et la Guinée pour essayer de rattraper l’algérien Islam Slimani (6 buts) qui mène la danse dans le classement des buteurs.

États-Unis – Mexique (samedi 13 novembre, 3 h 10)

Peu après 3 h, environ 37 millions de chicanos – Mexicains vivant aux États-Unis ou Américains ayant des racines mexicaines – seront scotchés devant leur télévision pour encourager le Mexique. Mais après leur faux pas face au Panama (1 – 0), ce sont surtout les États-Unis qui ont besoin d’un soutien populaire pour revenir à hauteur du leader mexicain.

Dans les confrontations directes, le Mexique mène 36 – 21, mais lors des deux derniers matchs, ce sont les États-Unis qui se sont imposés. Début juin, Christian Pulisic avait plongé l’Amérique amoureuse du football dans l’extase en marquant le troisième but décisif sur penalty à la 114e minute de la finale de la Ligue des Nations de la CONCACAF qui avait été reportée d’un an à cause de la pandémie. Deux mois plus tard, c’était au tour du défenseur Miles Robinson de marquer le but victorieux dans les prolongations en finale de la Gold Cup.

Les Américains comptent sur de nouveaux talents comme Weston McKennie (Juventus), Yunus Musah (Valence) et Brenden Aaronson (Red Bull Salzbourg) pour rejoindre le Qatar, tandis que le Mexique s’appuie principalement sur ses vétérans Néstor Araujo (Celta Vigo), Andrés Guardado (Betis), Héctor Herrera (Atlético Madrid) et Raúl Jiménez (Wolverhampton).

Total
0
Shares

COTES BOOSTEES CHEZ BINGOAL 

Gagner davantage grâce à ces actions

TOURNOIS DE CASINO QUOTIDIENS 

Pour les petits et les grands joueurs de notre casino en ligne.