Voici les cinq spectacles européens à ne pas rater !

Dries Mertens reçoit les applaudissements du public après avoir marqué un but.
Le Napoli de Dries Mertens peut donner du poids à ses ambitions de titre en s’imposant face à l’Inter ce week-end.

Alors que l’Union Saint-Gilloise fait tourner la Jupiler Pro League en bourrique depuis des mois, les suspects habituels sont à l’œuvre dans les plus grands championnats européens. Et ce week-end pourrait bien être décisif pour les leaders et leurs poursuivants. Au Portugal, en Italie et en Turquie, les numéros un et deux s’affrontent. Vendredi, Porto peut creuser l’écart avec le Sporting, samedi l’Inter se rend à Naples et dimanche Trabzonspor a l’occasion d’éliminer Konyaspor de la course au titre.

On peut vous donner un conseil ? Assurez-vous que toutes les tâches du quotidien sont achevées le samedi matin et planifiez vos activités sportives le dimanche matin ! Dès samedi après-midi, vous serez, en effet, captivé par les chefs-d’œuvre des stars européennes du ballon rond. Quoi qu’il arrive, vous pourrez suivre tous les matchs de très près grâce à Bingoal. Rendez-vous sur Bingoal pour parier sur tous les grands matchs européens et profitez des autres paris sportifs sur le football !

Porto – Sporting, vendredi 11 février à 21 h 15

Le Sporting, champion en titre, a une lourde tâche à accomplir ce vendredi à l’Estádio do Dragão de Porto. Les hommes de l’entraîneur Rúben Amorim ont besoin d’une victoire pour combler le déficit de six points et c’est exactement ça qui pose problème. En comptabilisant les matchs de la saison dernière, Porto est sur une série de 49 matchs sans défaite en championnat ! Le Sporting aura besoin d’un miracle pour remporter son deuxième titre consécutif. La dernière fois que Leões a remporté le titre deux fois de suite, c’était en 1954 !

Le Sporting n’a pas perdu contre Porto depuis quatre matchs et six des dix dernières rencontres se sont soldés par un match nul. De toute façon, il ne faut pas s’attendre à beaucoup de buts, car Porto (14 buts encaissés) et le Sporting (13 buts encaissés) possèdent les meilleures défenses de la Primeira Liga. Le 2 mars et le 20 avril, l’une ou l’autre équipe peut prendre sa revanche, puisqu’elles vont de nouveau se défier en demi-finale de la coupe.

Villarreal – Real Madrid, samedi 12 février à 16 h 15

Pour le Real Madrid, le match à Villarreal est le premier d’une série de matchs désagréables à l’extérieur. En avril, les Madrilènes doivent encore se rendre à Séville et en mai l’Atlético de Madrid les attend. Mais d’ici là, le championnat sera peut-être déjà joué. La troisième perte de points consécutive de Séville a porté l’avance de Thibaut Courtois et les siens à six points.

Au vu des statistiques, le Real ne devrait pas trop s’inquiéter du déplacement au stade El Madrigal. Les Merengues sont de loin la meilleure équipe de la Liga à l’extérieur avec 25 points et ils ont pris en moyenne presque autant de points à l’extérieur (2,27 points/match) qu’à domicile (2,33 points/match). Mais avec cette équipe du Villareal, on ne sait jamais. La brigade du vétéran Raúl Albiol, de la nouvelle étoile montante Yéremi Pino et de l’ancien pensionnaire de la Jupiler Pro League Arnaut Danjuma n’est pas seulement la quatrième meilleure équipe à domicile de la Primera División, mais devant son propre public, elle offre souvent un spectacle digne de ce nom. Contre le Deportivo Alavés (5 – 2), Elche (4 – 1), Cádiz (3 –  3), Levante (5 – 0), Atlético Madrid (2 – 2) et Majorque (3 – 0), le marquoir s’est déchaîné. Villarreal, peut-il aussi faire pression sur le bloc défensif de Carlo Ancelotti ?

Naples – Inter, samedi 12 février à 18 h 00

De tous les clubs engagés en Serie A, l’Inter est le seul à pouvoir encore prétendre à trois prix majeurs (le scudetto, la Champions League et la Coppa Italia). Cependant, les Milanais ont subi un sérieux revers lors du derby contre l’AC Milan le week-end dernier. L’Inter se rend donc à Naples en quête de trois points pour rattraper le faux pas de la semaine dernière. Pour ce faire, il compte sur Edin Dzeko, qui a déjà inscrit neuf buts en championnat et qui est à six unités de son 100e but en Serie A.

Après un mois de décembre dramatique avec trois défaites et un 4 sur 15 au bilan comptable, Naples semblait avoir perdu pied, mais après quatre victoires consécutives, ils sont de nouveau en course pour le titre. Grâce notamment au compartiment offensif, dans lequel Victor Oshimhen, Dries Mertens, Lorenzo Insigne, Hirving Lozano et Andrea Petagna se relaient en tant que buteurs providentiels. Naples a ainsi toutes les cartes en main pour reprendre la tête du championnat pour la première fois depuis la 15e journée.

Ajax – Twente, dimanche 13 février à 16 h 45

L’Ajax est de loin la meilleure écurie en Eredivisie cette saison et pourtant la différence avec Twente, numéro quatre au classement, est d’à peine dix points. La défense de l’Ajax, en particulier, a brillé, vu que Maarten Stekelenburg et Remco Pasveer n’ont pris que cinq buts en 21 matchs. À ce rythme, l’Ajax va effacer le record de Twente, vieux de 50 ans. Lors de la saison 1971-1972, Twente avait en effet encaissé seulement 13 buts !

Quatre équipes ont réussi à marquer contre l’Ajax en championnat cette saison : AZ, Utrecht, PSV et… Twente. Fin août, Robin Pröpper, avait endossé le rôle de héros du jour en inscrivant le but égalisateur à trois minutes du coup de sifflet final. Cette fois-ci, Twente ne doit pas se faire trop d’illusions sur la possibilité de gagner des points. L’Ajax a marqué au moins trois fois lors de cinq de ses dix derniers matchs. De plus, l’Ajax a besoin d’une victoire retentissante pour oublier les problèmes extra-sportifs qui ont secoué le club cette semaine. 

Trabzonspor – Konyaspor, dimanche 13 février à 17 h 00

Trabzonspor a pris le contrôle de la Süperlig lors de la neuvième journée en battant Fenerbahçe et depuis, ils dominent le championnat turc haut la main. À 14 journées de la fin du championnat, Trabzonspor peut même faire un pas décisif vers le titre. À condition que le club de l’est de la Turquie batte son premier poursuivant, Konyaspor. Tous les feux sont au vert pour Trabzonspor. Ils n’ont pas perdu un seul de leurs 12 matchs à domicile et ils ont obtenu six clean sheet lors des sept derniers matchs sur leur pelouse. Ce qui est frappant, c’est la résilience de l’escadron internationale de l’entraîneur Abdullah Avcı. À cinq reprises, ils ont réussi à prendre au moins un point après avoir été menés au score.

Paul-José Mpoku a déjà inscrit trois buts malgré un rôle de joker et Konyaspor aura sans doute besoin de ses services pour arracher un match nul. Un point serait quasiment synonyme de victoire, car la marge resterait de neuf points avec un match à rattraper.

Total
0
Shares

COTES BOOSTEES CHEZ BINGOAL 

Gagner davantage grâce à ces actions

TOURNOIS DE CASINO QUOTIDIENS 

Pour les petits et les grands joueurs de notre casino en ligne.