Le compte à rebours de la CDM 2022 est lancé : l’Angleterre doit se débarrasser de son voisin gallois dans le groupe B

Le gardien de but anglais Jordan Pickford regarde un joueur allongé sur le sol.
Le sélectionneur national Gareth Southgate optera une fois de plus pour Jordan Pickford dans les but pendant la Coupe du monde. Le gardien de but d’Everton peut-il faire la différence en phase de groupes ?

Le groupe B est une poule avec une équipe qui sort du lot, deux équipes du même niveau et une écurie qui aura du mal à suivre la cadence. L’Angleterre peut usurper le rôle de super-favorite, mais il n’est pas exclu qu’elle perde des points en cours de route, comme elle l’a si souvent fait. La dernière fois que les Three Lions ont fait un neuf sur neuf remonte à la Coupe du monde 1982 en Espagne… Derrière eux, la course pour la deuxième place sera serrée entre le Pays de Galles et les États-Unis. L’Iran pour sa part, doit se préparer à une bataille inégale contre trois adversaires plus talentueux et contre son passé. Car l’Iran compte à ce jour cinq participations à la Coupe du monde sans se qualifier pour la deuxième phase du tournoi. Seule l’Écosse, qui a déjà tenté en vain de survivre à la phase de groupes à huit reprises, a un pire bilan. Rendez-vous sur Bingoal pour parier sur la Coupe du Monde 2022 et profitez de tous les autres paris sportifs sur le football ! 

Une affaire de gardiens de but

Gareth Southgate pourrait devenir le premier entraîneur d’Angleterre à finir trois fois dans les quatre premiers lors d’un Euro ou d’une Coupe du monde. Il peut donc faire mieux que son illustre prédécesseur Sir Alf Ramsey, même s’il est vrai que ce dernier a remporté la Coupe du monde 1966 avec l’Angleterre. Est-ce que Southgate peut réitérer cet exploit ? Cela dépend en grande partie de Harry Kane, qui a deux buts de retard sur le recordman Wayne Rooney (53 buts), et du gardien de but. À chaque tournoi, l’Angleterre est confrontée au même phénomène : celui d’un sélectionneur qui n’arrive pas à aligner un gardien de classe mondiale entre les poteaux. Cette fois, Southgate a fait le choix de prendre Jordan Pickford (45 sélections), Nick Pope (10 sélections) et Aaron Ramsdale (3 sélections). À l’exception de Ramsdale, aucun d’entre eux ne joue dans un club du top de la Premier League et ils ont en commun de ne pas être considérés comme des gardiens de premier plan en dehors de l’Angleterre.

Si on se base sur les dernières années, Southgate n’a aucune raison de douter de son premier gardien Pickford. Le gardien d’Everton n’a pas manqué une minute lors de la Coupe du monde 2018 et l’Euro 2000, conservant six clean sheets en 14 matchs. Mais personne ne niera qu’avec un Thibaut Courtois, un Manuel Neuer ou un Gianluigi Donnarumma dans les buts, l’Angleterre aurait gagné l’un des deux derniers tournois.

Un participant issu de la D4

Soixante-quatre ans après sa dernière participation, le Pays de Galles est de retour sur le devant de la scène mondiale. Le fait que les Gallois soient dans la même poule que l’Angleterre était une sacrée aubaine. En gagnant le derby contre l’Angleterre, une équipe qu’ils ont réussi à battre à peine 14 fois en 102 confrontations, leur Coupe du monde serait déjà à moitié réussie. Mais comme lors de l’Euro 2016 et l’Euro 2020, le Pays de Galles compte sur ses trentenaires expérimentés Gareth Bale, Joe Allen, Wayne Hennessey et Aaron Ramsey pour ouvrir la voie du second tour. Les quatre vétérans sont clairement sur le départ, mais ils veulent briller lors de leur première et dernière Coupe du monde.

En plus de ces quatre briscards, c’est Chris Gunter qui sera sous les feux des projecteurs. Pas tant en raison de son talent, mais surtout grâce à son parcours incomparable. Le défenseur central détient le record de sélections avec le Pays de Galles (109) et en club, il compte aujourd’hui exactement 600 matchs. Il a fait 25 apparitions en Premier League avec Tottenham Hotspurs et Reading, mais ces dernières années, il est descendu de la Championship à la League One et depuis cette saison, il est actif en League Two à Wimbledon. Il a signé un contrat d’un an avec le club de quatrième division et sa mission première et d’empêcher les attaquants d’équipes comme Crawley Town, AFC Barrow, Stevenage et Crewe Alexandra de marquer. Et dire qu’il a autrefois infligé des tacles appuyés à Nicolas Anelka, Emmanuel Adebayor, Juan Mata, Gareth Bale, Steven Pienaar, Philippe Coutinho et Sergio Agüero. Gunter n’est plus titulaire dans l’équipe Pays de Galles, mais il sera répertorié au Qatar comme étant le joueur de la Coupe du monde évoluant au plus bas niveau. 

Un remake de 1998 ?

Retour au 21 juin 1998. L’Iran et les États-Unis s’affrontent à Lyon dans le match le plus tendu de la Coupe du monde. Après un certain nombre d’incidents diplomatiques, les deux pays ne se sont plus parlé depuis 1980. Malgré une photo commune avant le coup d’envoi devant la presse mondiale, la tension est palpable jusqu’aux extrémités du stade. Pour finir, l’Iran bat les États-Unis 2 – 1. Le but égalisateur des Américains est signé de la tête par Brian McBride, qui fait partie du staff du sélectionneur national Gregg Berhalter aujourd’hui.

Plus de 20 ans après cet affrontement légendaire, les deux pays se retrouvent pour une passionnante revanche. Les États-Unis se sont qualifiés directement pour le tournoi grâce à une meilleure différence de buts que le Costa Rica et, en principe, ils sont aussi trop forts pour l’Iran. Avec Sergiño Dest, Weston McKennie, Giovanni Reyna et Christian Pulisic, les Américains possèdent suffisamment d’armes pour neutraliser l’Iran et prendre leur revanche sur la défaite de 1998. Du côté iranien, les attaquants Alireza Jahanbakhsh, Sardar Azmoun et Mehdi Taremi, fer de lance de Porto, n’hésiteront pas à prendre en joue le gardien de but américain Matt Turner.

Qui sera le vainqueur du groupe ?

Angleterre : 1.35

États-Unis : 6.50

Pays de Galles: 7.00

Iran : 17.00

Le calendrier

21 novembre à 14 h

Angleterre – Iran (Al Rayyan)

21 novembre à 20 h

États-Unis – Pays de Galles (Al Rayyan)

25 novembre à 11 h

Pays de Galles – Iran (Al Rayyan)

25 novembre à 20 h

Angleterre – États-Unis (Al Khor)

29 novembre à 20 h

Pays de Galles – Angleterre (Al Rayyan)

29 novembre à 20 h

Iran – États-Unis (Doha)

(*) Les cotes annoncées sont susceptibles d’être modifiées à tout moment.

Total
0
Shares

COTES BOOSTEES CHEZ BINGOAL 

Gagner davantage grâce à ces actions

TOURNOIS DE CASINO QUOTIDIENS 

Pour les petits et les grands joueurs de notre casino en ligne.