Championnat du Monde de Cyclo-cross : Van der Poel et Van Aert convoitent un quatrième maillot arc-en-ciel!

Wout Van Aert devra éviter un certain nombre de pièges pour battre son rival Mathieu van der Poel lors des Championnats du Monde de Cyclo-cross à Ostende.
Ce weekend à Ostende Wout Van Aert veut aller chercher son quatrième titre mondial en catégorie senior.

À l’approche des Championnats du Monde de Cyclo-cross à Ostende, c’est la variante sud-africaine du Covid-19 qui avait retenu toute l’attention des organisateurs. Mais depuis quelques jours les championnats sont placés sous le signe de la bataille entre Wout Van Aert et Mathieu van der Poel. Les deux ténors du cyclo-cross ont chacun rapatrié trois maillots arc-en-ciel et l’un d’eux pourra se hisser au côté de Roland Liboton, qui a quatre titres mondiaux sur son palmarès. La question la plus pressante est donc la suivante : quel Belge terminera à la troisième place ?

Dans la catégorie dames élite, Ceylin del Carmen Alvarado devra cravacher pour défendre son titre et déclasser la grande favorite Lucinda Brand.

Rendez-vous sur Bingoal pour parier sur les Championnats du Monde de Cyclo-cross à Ostende et profitez de tous les autres paris sur le cyclo-cross !

Pont spectaculaire, sable et piste moelleuse

Il y a tout juste un an, les Championnats du Monde avaient lieu à Dübendorf, en Suisse, sur un revêtement lice au milieu d’un aéroport. Cette fois, les participants vont bourlinguer sur un véritable parcours de cyclo-cross. En gros, le tracé de 2900 mètres de long est divisé en trois parties. Pendant la première partie, les cyclistes doivent traverser un pont de 135 mètres de long avec une inclinaison de 21 %, suivi d’une section de sable de 600 mètres de long et vers la fin, le peloton devra affronter un passage difficile au sein de l’hippodrome d’Ostende sur une surface composée de petits cailloux et d’herbe. Après le passage des espoirs et des femmes élite, la zone au niveau de l’hippodrome sera si grasse que rouler avec des boyaux inadaptés serait un pur suicide.

Les spécialistes s’attendent à ce que le secteur ensablé joue un rôle capital dans le déroulement de la course. Ceux qui auront encore du jus dans les jambes après quarante minutes de course pourront infliger des douleurs supplémentaires à leurs adversaires dans cette zone. Les avis sur le degré de difficulté sont unanimes : le parcours ne requiert pas trop de compétences techniques et il fera surtout l’affaire des coureurs puissants.

Duel des titans entre la Belgique et les Pays-Bas

Van Aert et Van der Poel sont hors catégorie en ce moment. Ils sont tout à fait capables de plier la course après un seul tour de piste. Quoi qu’il arrive, le championnat du monde chez les hommes fera office de Derby des Plats Pays en version cyclo-cross. Le score est de 5 à 4 en faveur du Néerlandais. Depuis 2012, les deux rivaux se sont affrontés neuf fois lors d’un championnat du monde et Van der Poel a terminé premier à cinq reprises. Vu la forme actuelle de Van der Poel, les Néerlandais sont très confiants en ce qui concerne une nouvelle victoire de leur héros national. Le coureur d’Alpecin-Fenix a débuté la saison de cyclo-cross à la mi-décembre et sur les treize courses auxquelles il a participé, il n’a jamais terminé en dehors des deux premières places. Est-ce qu’un troisième titre mondial consécutif peut véritablement lui échapper ?

L’homme qui peut remettre Van der Poel à sa place est Van Aert. Mais même Van Aert est conscient que les circonstances devront lui être favorables pour battre son rival. Les météorologues annoncent de la pluie, des rafales et des températures glaciales et cela constitue un avantage non négligeable pour Van Aert, car ce sont des conditions de travail qu’il affectionne plus que le Néerlandais. S’il est dans un bon jour, Van Aert est même capable faire passer Van der Poel pour un coureur de deuxième zone. On se souvient du déferlement de Van Aert lors des courses en Coupe du monde à Termonde et Overijse, franchissant la ligne d’arrivée avec respectivement 169 secondes et 63 secondes d’avance sur Van der Poel. Sa victoire au classement général de la Coupe du monde et la façon dont il a gagné le Championnat de Belgique de Cyclo-cross à Meulebeke sont de bons augures pour ce weekend.

Les Belges doivent éviter le piège britannique

Tom Pidcock a surpris tout le monde l’année passée en terminant deuxième à près d’une minute et demie du champion du monde Van der Poel. Mais que peut-on attendre de Pidcock dimanche ? Le Britannique est l’un des rares coureurs à pouvoir gâcher la petite fête des deux favoris. Lors de sa première saison avec les coureurs d’élite, il n’a pas déçu, mais à part l’épreuve d’Asper-Gavere, il n’a pas été capable de remporter une course de grande envergure.

À en juger par ce qui s’est passé sur le terrain ces derniers mois, Pidcock peut s’attendre à une forte résistance de la part des coureurs de Pauwels Sauzen-Bingoal. Laurens Sweeck est sur une bonne lancée depuis le début de l’année et on peut en dire autant de Michael Vanthourenhout qui a enchaîné les courses depuis Noël. Personne ne serait donc étonné de voir Vanthourenhout mettre à profit cette longue période de préparation. Le grand point d’interrogation c’est Eli Iserbyt. Le champion d’Europe n’a pas voulu prendre de risques en vue des Championnats du Monde et a été le grand absent du Druivencross dimanche dernier. Iserbyt a préféré prendre du recul et a calé un stage d’endurance de dix jours afin de se vider la tête. Une alliance entre les trois coéquipiers de Pauwels Sauzen-Bingoal n’est pas à exclure, mais un tel plan ne fonctionnera que si Van Aert et Van der Poel le permettent.

Grâce à la victoire finale de Van Aert dans la Coupe du monde, la Belgique a pu élargir son noyau à neuf coureurs et c’est Tim Merlier qui a tiré profit de cette occasion en or. La sélection de dernière minute de Merlier n’est pas si surprenante après tout, puisqu’il s’est classé huitième il y a douze mois. Toon Aerts, Quinten Hermans, Daan Soete et Gianni Vermeersch complètent une sélection belge qui a belle allure.

Parmi les Néerlandais, Lars van der Haar peut jouer le trouble-fête. Il a terminé troisième aux Championnats d’Europe derrière Iserbyt et Vanthourenhout et il a obtenu une belle troisième place au Zilvermeercross à Mol. Il a la condition physique pour embêter les meilleurs coureurs jusqu’au dernier tour. Si le Néerlandais de 29 ans arrive à démarrer en boulet de canon, il peut viser le podium.

Un invité surprise tchèque

Sept ans après les Championnats du Monde à Hoogerheide, Zdenek Stybar fera un retour remarqué et inattendu à Ostende. Stybar s’est invité à l’improviste à la grande-messe du cyclo-cross, mais sa participation est une aubaine exceptionnelle pour les fans. Et quel organisateur ne rêverait pas de voir trois champions du monde se bousculer au départ de leur course ?

Ça fait quelques années que Stybar, vainqueur en 2010, 2011 et 2014, a mis de côté le cyclo-cross et il n’aura pas de grandes ambitions avant d’entamer la course la plus prestigieuse de l’année. Le Tchèque a vite compris que le parcours lui convenait, mais il se rend bien compte qu’il n’a pas assez roulé dans la boue pour pouvoir prétendre à un rôle principal. Cependant, Styby n’a rien à perdre et dans le meilleur des cas, il finira dans le top cinq. Pour Stybar, ces perspectives ont suffi à chambouler son programme pour prendre part à ce qui pourrait être ses derniers Championnats du Monde.

Un podium 100% néerlandais chez les femmes ?

Samedi après-midi, juste après l’ouverture de bal des espoirs masculins, les femmes devront dompter le parcours à Ostende. Une chose est sûre : il y aura plus de suspens chez les femmes que chez les hommes. Et tout comme il y a un an, lorsque Ceylin Alvarado, Annemarie Worst et Lucinda Brand avaient pris d’assaut l’estrade, les cyclistes néerlandaises vont résolument prendre le contrôle de la course. Vu que Denise Betsema, Marianne Vos et Yara Kastelijn sont aussi du voyage, le top cinq risque de tomber aux mains de nos voisins bataves.

En théorie, ce sont Alvarado et Brand qui vont en découdre pour la médaille d’or. À l’heure actuelle, Brand a les cartes en main pour devenir championne du monde pour la première fois de sa carrière. La jeune femme de 31 ans, originaire de Dordrecht, a tout misé sur le cyclo-cross et avec l’aide de Sven Nys elle a fait d’énormes progrès sur le plan technique. Et il faut dire que Brand a été impressionnante tout au long de la saison. Elle a remporté onze épreuves, elle a terminé première de la Coupe du monde et fait la course en tête dans le Superprestige et le Trophée X²O Badkamers. Celle qui arrivera à battre Brand repartira avec le maillot arc-en-ciel.  

Pour la deuxième année consécutive, les Belges ne seront sans doute pas dans le coup. Au début du mois, la triple championne du monde Sanne Cant avait remporté le Championnat de Belgique de Cyclo-cross à Meulebeke, mais le reste du temps elle a dû se contenter de regarder les Néerlandaises se répartir les trophées. Pour leur part, Ellen Van Loy et Laura Verdonschot seront plus qu’heureuses de finir dans le top dix tout en 2020.

Total
0
Shares

COTES BOOSTEES CHEZ BINGOAL 

Gagner davantage grâce à ces actions

TOURNOIS DE CASINO QUOTIDIENS 

Pour les petits et les grands joueurs de notre casino en ligne.