L’Union est toujours en position de force !

Deniz Undav et quelques coéquipiers célèbrent un but à Anderlecht.
L’Union a prouvé être l’équipe la plus solide lors du premier tour de la saison régulière. Vont-ils continuer sur leur lancée dans la deuxième phase du championnat?

Le championnat belge est à mi-chemin entre la saison régulière et le début des playoffs et il va de soi que la Jupiler Pro League n’a pas encore dévoilé ses plus grands secrets. Mais après 17 jours passionnants, qui n’ont été assombris que par la pandémie et la résurgence de la violence dans les stades, on peut déjà tirer quelques conclusions. C’est peu dire que l’Union Saint-Gilloise et Seraing sont des atouts intéressants pour la D1. Il est également certain que le Club de Bruges devra se battre jusqu’au bout pour prolonger son titre. Et même les supporters anversois les plus optimistes ne pourront pas réfuter le fait que le Beerschot est dans de sales draps. Tout le reste n’est que spéculation.

Combien de temps l’Union va-t-elle encore garder la tête froide ? Qui se qualifiera pour les Champions’ playoffs ? Et qui deviendra le meilleur buteur du championnat ? Rendez-vous sur Bingoal pour parier sur la Jupiler Pro League et profitez de tous les autres paris sportifs sur le football !    

Le chef de file

C’est l’Union qui sourit. C’est le moins que l’on puisse dire de l’équipe de Felice Mazzu, qui contre toute attente a reçu la couronne de championne d’automne. Les Unionistes sont en tête depuis la douzième journée et rien ne laisse présager une quelconque régression. L’équipe bruxelloise possède la meilleure attaque et la deuxième meilleure défense de la Jupiler Pro League, mais c’est aussi la seule équipe qui n’a pas connu de baisse de régime. En effet, chaque défaite a été immédiatement suivie d’une victoire et ce n’est que contre le Club de Bruges qu’ils n’ont pas réussi à trouver les filets. En fait, les Playoffs I sont déjà à portée de main. À condition de passer sans encombre la série de matchs au sommet contre Genk (22 janvier), le Club de Bruges (26 janvier), Anderlecht (29 janvier) et l’Antwerp (5 février). Au premier tour, l’Union n’a pris que 4 points sur 12 contre ces formations.

Les revenants

Outre l’Union, l’Antwerp et le Club de Bruges peuvent également réserver leur billet pour le Playoffs 1. Malgré un parcours mouvementé, l’Antwerp et le Club de Bruges regorgent tellement de talent qu’ils réussiront à repousser les attaques du peloton de chasse composé de Charleroi, Anderlecht, La Gantoise et Malines. La différence entre Charleroi, quatrième, et Malines, septième, n’est que de deux points, ce qui signifie que la lutte pour le dernier billet pour les Champions’ playoffs restera passionnante jusqu’à la dernière journée. Si les Malinois sont toujours dans la course, Wouter Vrancken et son équipe devront valider leur participation lors de la 34e journée de championnat sur le terrain du Club de Bruges. Et lors de l’avant-dernière journée, Charleroi se rendra à Anderlecht.

À ce jour, c’est La Gantoise qui a les meilleures ressources pour revendiquer le ticket gagnant. Les Buffalos ont fait un bond de géant de la dix-septième à la sixième place et avec Tarik Tissoudali, ils ont un joueur dont raffolent les concurrents directs que sont Charleroi, Anderlecht et Malines.

Le racoleur

L’ascension de La Gantoise contraste avec le déclin de Genk, qui s’est séparé de John van den Brom cette semaine. Les Limbourgeois ont commencé la saison avec l’intention de devenir le plus grand challenger du Club de Bruges, mais cinq mois plus tard, ils ne sont que huitièmes, à sept points des Playoff I. En fait, Genk est en tête du peloton des huit équipes qui sont encore en lice pour les Playoff 1, les Europe playoffs et qui peuvent encore prétendre à la nomination de barragiste.

Le grand perdant

Le Beerschot est au bord du désastre. Pour échapper à son sort, le Beerschot devra effectuer une remontée spectaculaire et espérer que le Cercle de Bruges, Zulte Waregem et Seraing connaissent un sérieux revers. Les hommes du Kiel devront de toute façon combler un écart de sept points sur le Cercle de Bruges, ce qui promet d’être quasiment une mission impossible. L’équipe de Javier Torrente, qui a succédé à Peter Maes en septembre, grince et craque de toutes parts. Le gardien Mike Vanhamel a déjà été contraint de se retourner à 31 reprises – seuls Ostende (36 buts encaissés) et Zulte Waregem (38 buts encaissés) font pire – et avec quinze buts, les Anversois ont la pire attaque du championnat. Et dans neuf des dix-sept matchs, le Beerschot n’a pas réussi à illuminer le bouger le marquoir. Les joueurs ont encore largement le temps de déjouer les pronostics, mais il semblerait qu’ils soient faits comme des rats.

Le(s) tirailleur(s)

Deniz Undav est chaud bouillant. L’Allemand de 25 ans a été recruté à l’été 2020 en provenance du SV Meppen, un club de troisième division, pour un prix dérisoire, et il s’avère que l’Union ne le laissera pas filer pour moins de sept millions d’euros. Avec ses seize buts en dix-sept matches, il fait mieux que Paul Onuachu, qui, la saison dernière, avait planté quatorze buts à la moitié du championnat régulier et est finalement devenu le meilleur buteur avec 33 buts. En ajoutant ses passes décisives, Undav est directement impliqué dans 25 des 43 buts de l’Union. Ses statistiques prennent toute leur ampleur en sachant qu’il n’a eu besoin que de neuf matchs pour marquer ses buts. Il faut aussi savoir que seuls contre le Club de Bruges (0 – 1), le Standard (4 – 0) et Louvain (1 – 3), Undav n’a pas réussi à mettre un but ou à donner une passe décisive. Ces chiffres donnent le vertige !

Mis à part Michael Frey (12 buts), personne ne peut suivre le rythme effréné d’Undav, mais l’attaquant anversois doit sa deuxième place au classement des meilleurs buteurs principalement à ses cinq buts sur le terrain du Standard lors de la troisième journée de championnat.

Total
0
Shares

COTES BOOSTEES CHEZ BINGOAL 

Gagner davantage grâce à ces actions

TOURNOIS DE CASINO QUOTIDIENS 

Pour les petits et les grands joueurs de notre casino en ligne.